C’est pour mieux vous entendre …

Je ne savais pas ce qu’était entendre mais je savais écouter.

Monsieur Brasselle, la petite cinquantaine, Kinésithérapeute de profession s’est aperçu qu’il n’entendait pas distinctement ses patients lorsque ceux-ci étaient en position couchée sur le ventre.

“En effet, Lors des soins, j’étais situé derrière mon patient et ne pouvait donc lire sur ses lèvres.”

D’ autres signes témoignaient de sa perte auditive comme le niveau sonore trop faible de la télévision lorsqu’ il regardait une émission au côté de son épouse.

“J’ai donc fait le choix de consulter un audiologue qui m’a appris que je n’entendais plus certaines fréquences dans les sons aigus. Par exemple, lorsque vous prononcez le mot anticonstitutionnellement, je ne perçois pas les sonorités plus aiguës comme les « ti ». Vous imaginez aisément la difficulté de reconnaître un mot dans cette situation”.

“En réalité, je ne savais pas ce qu’était entendre mais je savais écouter. Lors d’une conversation, je devais regarder mon interlocuteur, lire ses émotions et sur ses lèvres pour retrouver les mots qu’il prononçait.”

“Ces prothèses ont tout changé dans ma vie, savez-vous que je ne m’étais jamais entendu marcher ? Maintenant lorsque j’enlève mes prothèses et que je marche, j’ai un peu l’impression de voler.

Je ne savais pas qu’actionner la tirette de ma veste produisait un bruit. J’ai tout redécouvert, le tic-tac de l’horloge, les cliquetis émis par les clignoteurs de ma voiture, le bruissement du vent, …”

“Maintenant, j’éprouve un plaisir fou à participer à des visites guidées dans une exposition ou un musée car j’entends tout, même lorsque je suis distrait par la contemplation des tableaux ou des objets exposés. Maintenant que je suis capable d’entendre, je prends plaisir à me cultiver et à apprendre.”

“Après avoir été appareillé, beaucoup de personnes m’ont dit que je paraissais beaucoup moins agressif et moins autoritaire, car je parlais plus posément. Cela m’a permis d’atteindre une meilleure qualité de vie, sociale et professionnelle.”

Je ne savais pas ce qu’était entendre mais je savais écouter.

Monsieur Brasselle nous explique toutefois que cette renaissance ne s’est pas faite sans efforts.
Elle a nécessité un apprentissage de plusieurs mois car il a fallu réapprendre petit à petit les fréquences auditives perdues ou méconnues. Le cerveau doit réapprendre à reconnaître les sons et à les enregistrer en mémoire, la mémoire auditive, sorte de bibliothèque des sons. Il apprendra également petit à petit à distinguer les sons qui font partie d’un bruit de fond sonore. Comme en témoigne Monsieur Brasselle “Le cerveau doit s’habituer à entendre pour savoir écouter.”

Dès lors, ne croyez surtout pas sortir de votre visite chez un audiologue appareillé avec vos prothèses auditives en vous disant que vous allez entendre directement comme avant. Une période d’apprentissage de quelques mois est indispensable. Cette ré-éducation est réalisée pas à pas grâce à l’aide de votre audiologue. Idéalement, une visite hebdomadaire auprès de celui-ci s’impose. Il réintroduira progressivement les fréquences que vous n’entendez pas.

Voici quelques conseils que vous délivre Monsieur Brasselle :

Persévérance • Patience • Apprentissage • Confiance en vos prothèses • Confiance en votre audiologue.

Interview réalisée par Bienchezvous, auprès d’un client des magasins Perception.

Lire d’autres publications sur l’audition.