Partager son jardin, son potager … entre particuliers, une bonne solution contre l’isolement des seniors.

Un jardin … chez mon pote âgé !

Voici une expression qui fait sourire, mais néanmoins un bon “jeu de mots” qui devrait ouvrir l’esprit à toutes les personnes qui possèdent un potager ou un jardin et qui éprouvent des difficultés à l’entretenir.
Au lieu de regarder les mauvaises herbes pousser, laissons ce coin de jardin aux bons soins d’un jardinier !

Depuis quelques années, les “jardins ou potagers partagés” connaissent un regain d’intérêt et attirent de plus en plus de personnes. Il s’agit d’ un public très varié : un(e) jeune, une jeune famille, un senior pensionné à la recherche d’une occupation, etc.
Imaginez les bienfaits que peut apporter cette solution à par exemple une famille qui habite un appartement en plein centre ville !
Hors “stress” du boulot et hors “stress” de la ville, quel réel plaisir de pouvoir avoir une activité en plein air … parfois en famille, avec les enfants.

Les objectifs et les bienfaits d’un “potager collectif” sont nombreux :

  • économie d’argent pour les jardiniers
  • production de légumes sains, savoureux et biologiques pour tous (propiétaires et jardiniers)
  • autonomie alimentaire,
  • pratique d’une activité de plein air,
  • rencontre avec ses voisins, ses aînés,
  • apporte une aide concrète au senior, à notre aîné,
  • favorise les relations entre les générations,
  • sans oublier le plaisir de travailler la terre !

Vous possédez un jardin avec un potager, seulement vous n’avez plus l’énergie, la force nécessaire pour vous en occuper ? Alors pourquoi ne pas prêter un coin de votre jardin à une personne qui saura l’exploiter et vous fera profiter en partie des fruits de son travail ? Voilà une bonne solution et en plus un excellent moyen de rompre la solitude, si tel est le cas …

Alors comment faire ?

Voici quelques conseils pour construire et mener à bien ce nouveau projet !

1. Un état d’esprit :
Partager son jardin, c’est tout d’abord un état d’esprit, une manière différente d’envisager son environnement, ses rapports aux autres et de privilégier l’ouverture, le respect, l’entraide et les joies du partage. Pour vous informer ou vous convaincre, regardez la vidéo en haut de cette page.

2. Une rencontre : 
Ouvrir son jardin c’est d’abord accepter de faire une rencontre !

3. Un partage :
C’est aussi parfois faire part de ses expériences, puisque ce jardin, ce potager vous l’avez cultivé et entretenu par le passé.  C’est proposer un projet concret de manière à ce que tout le monde y trouve son avantage.

4. Des accords :
Avant de prêter son jardin à un “jardinier”, de profiter du plaisir de (re)voir pousser des légumes sur sa terre et de les savourer, il est important d’être clair sur ce que chacun attend d’une telle “collaboration potagère”.
Pour qu’un échange de “bons procédés” fonctionne, il est bon d’établir un cadre clair dès le départ.

Voici quelques suggestions et autres conseils avisés qui vous permettront de partir sur de bonnes bases.

Avant toute chose, nous conseillons à toutes les parties de souscrire à une assurance responsabilité civile prenant en compte les accidents de la vie.

Le propriétaire :

  • Marque son accord pour ouvrir son jardin à un jardinier, afin d’y cultiver une parcelle qui lui est prêtée en échange d’une partie de la récolte ou pourquoi pas, de l’entretien de son jardin ou de sa pelouse.
  • Emet ses préférences concernant l’emploi du temps pour venir s’occuper du jardin (le matin, l’après-midi, en soirée, la semaine, le week-end) et prévient le jardinier si le terrain n’est pas accessible certains jours.
  • Facilite l’accès à l’eau d’arrosage, apporte des précisions sur la consommation d’eau (accords à prendre), peut proposer l’installation de récupérateurs d’eau de pluie ou bien l’ouverture d’un compteur d’eau indépendant, etc…
  • Peut partager ses outils, son matériel de jardinage, s’il le désire ou autorise l’installation d’un endroit pour stocker ce matériel (un abri de jardin indépendant est la meilleure solution).
  • Il peut aussi envisager de donner un coup de main, car c’est bien connu, un travail en équipe est souvent plus stimulant et les résultats toujours très satisfaisants.
  • S’informe si le jardinier a l’intention de s’occuper seul de son coin de jardin ou bien avec l’aide de son conjoint ou de ses enfants… Ces conditions dépendant de votre accord préalable.

Le jardinier :

  • Est responsable de la parcelle qui lui est prêté et il s’engage à partager les fruits de son labeur à proportion de 1/4 ou 1/5 (par exemple) de la production obtenue ou bien, selon l’entente préalable, assume l’entretien du jardin ou de la pelouse.
  • Doit maintenir la parcelle prêtée propre et en bon état.
  • S’engage à mener à bien les cultures en cours et prévient à l’avance le propriétaire s’il est obligé d’y mettre un terme, de façon provisoire ou définitive.
  • Privilégie une culture écologique, dans le respect de l’environnement, avec un usage raisonné de l’eau d’arrosage.
  • Veille à ne pas laisser de produits sensibles ou des outils à la portée des enfants et des animaux domestiques.

Ensemble, vous pouvez convenir des modalités de mise en place d’un “processus de compost”.

Une fois le contrat moral établi, il ne reste plus que : le plaisir de voir pousser les belles plantes et de croquer les fruits et les légumes de son potager. Et voilà aussi le problème de l’entretien de votre jardin résolu !

Important !

Rappelons que le prêt d’une parcelle de jardin se limite à la culture de la terre. Il ne s’agit pas, comme dans les jardins familiaux d’un lieu d’agrément pour y séjourner ou y organiser des barbecues ou repas.

Beaucoup de choses sont envisageables à partir du moment où elles sont formulées clairement.

Comment trouver son “jardinier” ?

Parlez-en à votre entourage et à vos amis
• Placez une affiche à votre fenêtre située en façade ou chez les commerçants du coin
• Placez une petite annonce dans un journal local
• Faites appel à l’ALE de votre commune:

Coordonnées des ALE des différentes communes
• Publiez votre petite annonce gratuite sur l’un des sites Internet spécialisé suivants :
http://www.pretersonjardin.be/
https://listminut.be/fr/c/jardinage
http://www.quefaire.be/annonces/jardinier
https://www.2ememain.be/emplois-services/services/jardinier-paveur/
http://www.proxy-services.be/un-jardinier-a-votre-service/fr/9 ou Contactez-nous au 0800/11.510

http://www.jardinier.eu ou Contactez-nous au 02/588 10 50

Pour savoir comment fonctionne les chèques ALE :

Attention, il est obligatoire d'entretenir son jardin sous peine de discorde avec vos voisins: en savoir plus ...

Découvrez d’autres articles sous la rubrique : Mon domicile, les nouvelles tendances