Maladie de Parkinson-Alimentation.

alimentation-pakinson-déglutition

alimentation-pakinson-déglutition

Nutrition-régime alimentaire- maladie de Parkinson

Les trois problèmes suivants deviennent souvent des sujets de préoccupation pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson : la perte de poids, la prise de poids et la constipation.

Un certain nombre de facteurs peuvent contribuer à la perte de poids : difficulté à préparer les aliments, incluant la fatigue; difficulté à mastiquer ou à déglutir; constipation, diminution de l’appétit possiblement due à la perte d’odorat, à la dépression ou à des troubles cognitifs.

1. Problèmes de déglutition ou de difficultés à avaler les médicaments :

Il est important d’en parler rapidement à votre médecin ou à votre ergothérapeute. Ils seront de bons conseils et vous indiqueront des exercices de gymnastique pour dépasser ces soucis.

À un stade avancé de la maladie, la mastication devient difficile : il importe alors de prendre de petites bouchées. Pour faciliter la déglutition, on peut accommoder ses aliments avec des sauces, mixer les aliments plus consistants ou réaliser des purées. Consommer des boissons repas équilibrés représente une aide pour certains. Il est en effet possible d’adapter la texture (plus ou moins liquide) de ces boissons repas à votre situation.

Voici quelques conseils pratiques :

  • s’asseoir droit, le dos bien appuyé sur le dossier de votre chaise ou de votre fauteuil,
  • manger et boire lentement,
  • prendre de petites bouchées ou gorgées,
  • bien mastiquer,
  • attendre d’avoir tout avalé avant de prendre la bouchée suivante,
  • ne pas parler en mangeant ou en buvant,
  • prendre ses médicaments accompagnés de purée ou de compote de fruit,
  • ou écraser ses médicaments avant de les mélanger à la compote
  • boire avec une paille est une solution pour certains, etc.

2. La constipation :

Les nutritionnistes recommandent d’avoir une diète riche en fruits, légumes et céréales entières, qui fournissent des antioxydants naturels protecteurs contre les dommages oxydatifs. Ces aliments sont aussi une bonne source de fibres alimentaires, ce qui favorise un meilleur transit intestinal.

La consommation de gras saturés (les viandes rouges, les produits laitiers, l’huile de palme et de noix de coco, etc.) devrait être réduite.

Afin de prévenir la constipation liée à la maladie de Parkinson, les médecins recommandent de boire au moins 1 litre d’eau par jour et de consommer suffisamment de fibres alimentaires.

3. Recommandations nutritionnelles :

Quelques patients se voie

nt prescrire par le neurologue un régime pauvre en protéines. Ce conseil permet de limiter les interactions avec la Lévodopa et de rendre le traitement plus efficace. Il s’agit cependant de cas rares de personne souffrant de fluctuations motrices sévères avec blocage important en début d’après-midi.

4.La Vitamine E

La consommation d’aliments riches en vitamine E pourrait prévenir la maladie de Parkinson. Selon les chercheurs seuls les patients dont l’alimentation comprend des sources importantes de vitamine E (les noix, les graines, les légumes à feuilles vertes comme les épinards, les avocats, les asperges) seraient moins sujets à la maladie.

Sources : “Nutrition and the risk for Parkinson’s disease: review of the literature”. Gaenslen A, Gasser T, Berg D. J Neural Transm. 2008 May;115(5):703-13. Epub 2008 Jan 11.,  http://www.cen-neurologie.fr/

La maladie de parkinson n'affecte pas que les seniors ! Comment traiter la maladie de parkinson ?

 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire