La maladie de Parkinson n’affecte pas que les seniors !

Parkinson-dépression

Parkinson-dépression

Cette affection touche presque autant les hommes que les femmes et concerne 30.000 belges environ. À l’échelle mondiale, la maladie est diagnostiquée chez plus de 300 000 personnes chaque année.

En général les premiers symptômes de la maladie de Parkinson apparaissent vers l’âge de 60 ans, la forme précoce de la maladie (avant l’âge de 40 ans) touche entre 5 et 10 % des personnes diagnostiquées. 20 % d’entre elles ont moins de 50 ans.

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson?

La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative caractérisée par la perte des neurones de la substance noire, noyau situé à la base du cerveau cette zone est active dans le contrôle du mouvement. La perte de ces neurones engendre un déficit en un neurotransmetteur: la dopamine.

Quels sont les principaux symptômes?

Au début, les symptômes peuvent être confondus avec le vieillissement normal de la personne mais qu’ils s’aggravent, le diagnostic devient plus évident.

Au moment où les premiers symptômes apparaissent, 60 % à 80 % des cellules nerveuses de la substance noire seraient détruites. La maladie se serait sournoisement installée depuis 5 à 10 ans.

L’affection se caractérise surtout par des symptômes moteurs: on parle de la triade symptomatique :

  • Lenteur à l’initiation du mouvement: l’aspect du visage se fige, le balancement du bras lors de la marche diminue, la marche se fait à petit pas le plus souvent dos vouté, les mouvements sont lents, rigides et saccadés, difficiles à initier. …
  • L’hypertonie ou raideur musculaire peut être responsable de douleur. Elle se manifeste notamment par la raideur du cou et des membres.
  • Des tremblements peuvent survenir, le plus typiquement au repos mais ne sont pas présents lors du sommeil.

Le patient ne sera pas nécessairement touché par les 3 symptômes. Dans 70 % des cas, le premier symptôme consiste en des tremblements rythmiques non contrôlables d’une main, puis de la tête et des jambes, se manifestant plus particulièrement au repos ou en période de stress. Il faut toutefois savoir que 25 % des parkinsoniens ne présentent aucun tremblement.

Y-a-t-il d’autres symptômes associés?

Il existe des signes non moteurs, notamment dans les stades avancés de la maladie :

  • Les troubles cognitifs: troubles de la mémoire, de la perception, un ralentissement de la pensée, des difficultés à résoudre des problèmes ;
  • Les troubles comportementaux ;
  • La dépression, l’anxiété ;
  • Les douleurs ;
  • La dysautonomie: troubles dus à un fonctionnement anormal du système nerveux végétatif comme les chutes de tension artérielle, la constipation, la vessie instable, l’impuissance, la séborrhée, la perte de l’olfaction;
  • Une difficulté à avaler ;
  • Une salivation excessive avec une difficulté à contenir la salive ;
  • Une petite écriture très serrée (micrographie), en raison de la perte de dextérité;
  • Une voix chevrotante, sans expression et une difficulté à articuler;
  • Les troubles du sommeil et de la vigilance.

Les patients présentent fréquemment des troubles attentionnels et un tiers d’entre eux développera une démence vraie qui se traduira entre autre par la difficulté à réaliser des tâches complexes.

Un diagnostic souvent tardif :

Détecter la maladie de Parkinson dès l’apparition des premiers symptômes n’est pas chose aisée. Pour établir le diagnostic, le médecin se base sur le récit du patient, les symptômes qu’il présente et l’examen neurologique et physique au cabinet. Il s’efforce également d’exclure d’autres maladies présentant de fortes similitudes avec la maladie Parkinson. Néanmoins, chez 30% des patients, le médecin n’arrive pas à reconnaître le stade précoce d’une maladie de Parkinson. Avec comme conséquence un retard dans le diagnostic et l’initiation du traitement. Il n’existe actuellement aucun test permettant de diagnostiquer avec certitude la maladie. Un test de salive est en cours d’étude et donne des résultats prometteurs.

Comment identifier la maladie?

Le diagnostic est essentiellement clinique, basé sur l’existence d’au moins un symptôme caractéristique de l’affection et sans que la présence complète de la triade ne soit obligatoire pour diagnostiquer la maladie. Les examens complémentaires sont généralement inutiles pour confirmer le diagnostic. Dans certains cas, une scintigraphie (DAT-Scan) sera utile pour montrer une perte des “neurones à dopamine”. Cet examen est sensible mais pas complètement spécifique de la maladie de Parkinson idiopathique.

Les personnes à risque

  •  La maladie touche plus souvent les personnes âgées de 55 ans et plus;
  • Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes pour des raisons qu’on ignore;
  • Une personne dont l’un des parents est atteint de la maladie présente un risque plus élevé d’être elle-même atteinte de la maladie. Mais la contribution génétique serait surtout importante chez ceux qui développent la maladie lorsqu’ils sont jeunes.

Cette maladie est-elle génétique?

Non, pas systématiquement. Il n’y a que 5 à 10 % des cas qui sont d’origine génétique. La maladie n’est pas systématiquement héréditaire. Il existe des sensibilités individuelles, voire de population, certaines populations étant plus fréquemment atteintes que d’autres.

Aide aux familles et aux malades :

Les “parkinsonien(ne)s” peuvent trouver information et soutien auprès de l’ASBL association Parkinson.

L’Association Parkinson a des antennes locales implantées un peu partout en Wallonie et à Bruxelles. Ce sont des groupes d’entraide proposant aux membres des réunions annuelles, trimestrielles ou mensuelles, en fonction de la demande des participants (soutien, information, exposés, loisirs).
Les réunions sont animées par des personnes sensibilisées par la maladie. Elles sont l’occasion, pour les patients et leur famille, de rencontrer d’autres personnes ayant les mêmes problèmes, vivant le même quotidien et de pouvoir en parler ensemble, s’ils le souhaitent

N’hésitez pas à les contacter :

Association Parkinson ASBL

www.parkinsonasbl.be

Chemin de la Foliette, 4/1 à 5000 Namur

Contact: 081/56.88.56 ou par mail à info@parkinsonasbl.be

Quels sont les traitements de la maladie de Parkinson ? Comment s'alimenter ?