Be-Alert : pour vous avertir en situation d’urgence. Inscrivez-vous !

Be-Alert : Soyez alerté en situation d’urgence.

En situation d’urgence, il est évident qu’une alerte rapide de la population est cruciale. Jusqu’à présent, la manière dont chaque citoyen belge était informé pouvait varier en fonction des différents canaux disponibles, et ce, que ce soit au niveau de votre commune, de la province et même au niveau national.

Le Centre de crise du service public fédéral Intérieur a donc lancé, mi mars 2014 un système visant à prévenir rapidement un maximum de personnes concernées par différents canaux complémentaires. L’information pourra vous parvenir par message écrit ou vocal : sur votre téléphone fixe ou votre mobile (GSM), mais aussi via Internet ou par fax. Actuellement, ce système est testé sur 33 communes et leurs gouverneurs. Il est prévu que l’entièreté de ce service soit opérationnel fin 2014. Il évoluera constamment. L’outil pourra aussi communiquer via les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter. Il serait également complété par un projet de Loi obligeant tous les opérateurs de téléphonie à envoyer gratuitement des SMS à la population (leurs clients), selon les demandes des autorités administratives.

Comment ça marche ?

Selon la situation d’urgence, l’autorité responsable de la gestion de crise peut maintenant décider d’envoyer un message écrit ou vocal d’alerte via les canaux dont elle dispose et sur une zone précise de notre territoire.  Pour recevoir ces messages, envoyés par le service Be-Alert, vous devez bien entendu vous inscrire au préalable.

Par cette inscription, vous pouvez en outre choisir d’être prévenu par message vocal sur votre téléphone fixe ou mobile ou par message écrit, par SMS, e-mail ou par fax. Les autorités peuvent également envoyer des messages d’alerte via leurs comptes Twitter ou Facebook.

Comment s’inscrire au service Be-Alert ?

Pour vous inscrire, il vous suffit simplement de vous rendre sur la page web de Be-Alert. Il vous faudra compléter un formulaire par vos coordonnées personnelles ainsi qu’en mentionnant le choix du canal par lequel vous souhaitez être informé.

Votre vie privée est préservée.

Vous êtes donc invités à vous inscrire sur Be-Alert. Le Centre de crise a consulté pour ce service à la population, la Commission de la protection de la vie privée. Il est prévu par contrat que toutes les données ainsi récoltées ne pourront être utilisées que dans le cadre de la législation sur la gestion d’urgences. Il n’est pas question que, par exemple, un bourgmestre les utilise dans le cadre d’une élection, ou même la police afin de localiser une personne.

Et pour quelles urgences ?

L’objectif est de lancer des alertes uniquement pour des problèmes d’envergure, précise la Ministre de l’intérieur. Du côté du Centre de crise, on estime aussi que ce service n’est pas adapté à toutes les situations  d’urgence car parfois l’identification des personnes concernées peut s’avérer difficile. Il n’est pas, par exemple adapté à des situations comme les festivals (Pukkelpop en 2011), car comment savoir qui est présent ?

Il est davantage utile en cas de risques d’inondations ou comme à Liège lors de la tuerie du 13 décembre 2011. Dans ce cas, l’on pourrait demander à la population de quitter au plus vite le centre ville et bien entendu de ne pas s’y rendre et de rester chez soi ou dans le bâtiment où vous vous trouvez.

Le SPF Intérieur a précisé que plusieurs moyens de communication peuvent déjà être utilisés en situation d’urgence. Ainsi, pour rappel, il gère toujours un réseau de plus de 570 sirènes installées dans des zones à risque, comme les sites nucléaires et autour des entreprises Seveso.

Sur votre GSM, un numéro ICE peut vous sauver !